Conférence-débat sur la libre circulation en Afrique Centrale : vers une appropriation des enjeux de l’intégration régionale par la Société civile

Le 25 février dernier s’est tenu au Cercle de Kinshasa une conférence-débat sur le thème de la libre circulation des biens, des personnes  des services en Afrique Centrale, organisée par le REPONGAC.Malgré les grandes décisions conjointes prises ces dernières années par les chefs d’Etats et de Gouvernement de l’Afrique Centrale pour ouvrir les frontières, faciliter les échanges et encourager la circulation des personnes et des biens, la région reste l’une des plus cloisonnées du continent et voit de nombreuses décision devenir caduques. Sous l’impulsion du REPONGAC s’ouvre donc une ère nouvelle : celle d’instituer une dynamique « down-top », s’appuyant sur la Société civile pour informer, éclairer et imbriquer  les consciences en amont, mais aussi  contrôler en aval la mise en œuvre des décisions politiques sur le terrain, « là où les Etats ne sauraient aller ».

 La Conférence a permis d’explorer les imbrications entre politiques régionales de libre circulation et le processus d’intégration régionale, d’en cerner les points de blocage, et de  capitaliser des recommandations pour que la Société civile remplisse son rôle de critique mais surtout d’appui aux institutions politiques pour décliner dans les faits les grandes décisions en la matière.

Devant une audience venue nombreuse composée des Organisations de la Société civile, des missions diplomatiques ou corps ministériels, trois experts se sont exprimés afin d’engager le débat.  Dr Evariste IBONGYA, expert en négociations commerciales et auteur du rapport de 2013 mandaté par le REPONGAC sur les enjeux de libre circulation en Afrique Centrale, a présenté les principaux blocages liés à la superposition des Communautés Economiques Régionales[1] et de la logique de multi-appartenance, avant de laisser la parole à Maître Jean MBUYU, avocat à la cour et auteur d’un récent best-seller sur la libre circulation[2], qui a souligné l’importance de légitimer en amont les décisions politiques et à leur base, et d’extraire ces débats des sphères institutionnelles et académiques pour en faire un enjeu des peuples. Pour finir, M. Jean-Marie LUKOJI, chef de bureau en charge de l’intégration économique régionale au Ministère des Affaires Etrangères de la RDC, s’est  positionné sur les avancées gouvernementales en la matière, tout en signalant la nécessité d’une contrepartie société civile devant enrichir les débats de son expertise, de sa vision solidaire et intégrée de l’espace régional.

La richesse des contributions et des échanges aura sans nul doute permis de réaffirmer le rôle de la Société civile en matière de plaidoyer, dialogue et conseil, en particulier à l’échelon régional, mais aussi de dessiner les contours d’un plan de campagne fort que le REPONGAC pourra monter et dérouler en continu sur les année à venir sur les mesures à prendre en matière de libre circulation en Afrique Centrale.

Pour consulter les articles de presse à propos de la conférence, cliquez …                        Rapport de la Conférence prochainement disponible sur notre site