Participation du REPONGAC à la première édition de la semaine des associations du réseau des organisations et des projets associatifs du Gabon ROPAGA

Le réseau des organisations et des projets associatifs du Gabon (ROPAGA) a organisé depuis le premier au six  septembre à l'Institut français du Gabon, la première édition de « la semaine des associations ». En d'autres termes, "une semaine d'actions, avec deux jours de partage d'expérience, suivi d'un jour de plaidoyer auprès des ministères et partenaires institutionnels, et du lancement officiel du site internet du ROPAGA.

Pour rappel, le ROPAGA, créé depuis un an, est un collectif de dix-sept associations et groupements multisectoriels, qui se donnent pour mission "d'améliorer la visibilité des actions du monde associatif au Gabon, dans le cadre d'une initiative collective, et de plaider pour sa meilleure structuration. Mais aussi, d'y susciter un partage d'expériences de ses adhérents.

Repongac appelé a partagé sa riche expérience sur les réseaux nationaux et sous- régionaux

REPONGAC qui regroupe en son sein dix plates-formes nationales D’ONGS d’Afrique centrale avec plus de 1200 ONGs avait été représenté à cette première édition par son coordinateur régional, Robert MABALA, celui-ci a exposé et répondu aux questions de participants sur le thème : comprendre l’expérience régionale  des associations et réseaux des OSC en Afrique centrale à l’instar du Repongac

Monsieur Mabala a brossé le contexte régional de mouvement associatif en expliquant que : Il existe autour de nous une inflation de projets naissants (projets marchands, projets d’associations, tels les ONG, projets de réseaux associatifs) et souvent déjà condamnés à mort parce que conçus sans trop de discernement, sans considération préalable de vraies nécessités du milieu et surtout de la rentabilité…. Et sans une preuve d’une véritable volonté et d’une conviction de passer de la parole aux actes.

Certains projets survivent sans véritables perspectives d’avenir, d’autres ne visent que d’atteindre juste un minimum pour la survie.

Depuis les années  1990, une avalanche d’associations a vu le  jour, d’autres continuent à être créée sur le sol Gabonais. Plusieurs de ces associations sont des ONG, c’est-à-dire des associations ayant pour but le développement des communautés de base. Pourtant le pays est loin d’atteindre un niveau de développement compatible à ses potentialités du sol et de sous –sol.

Donc, du point de vue du REPONGAC ,l’espace associatif sous-régional en Afrique Centrale est à l’état embryonnaire. Seules quelques organisations ont su développer  une réelle représentativité sous-régionale et une capacité à se poser en interlocuteur des institutions sous- régionales qui sont  fortement demandeuses d’une contrepartie Société-Civile.

 Il s’agit des réseaux régionaux tels que : PROPAC, REFAC, USYPAC, LDGL, REPALEAC.  Parmi  ces  derniers, le REPONGAC est probablement l’acteur le plus pertinent pour appuyer et de financer une structuration de la société civile en Afrique centrale qui aboutira à la mise en place d’un forum régional de la société civile de l’Afrique Centrale qui se tiendra annuellement et qui interagirait chaque fois avec les institutions sous –régionales, en particulier la CEEAC.

Un site web pour mieux faire connaître ROPAGA

S’attachant à sa mission de rendre visible le paysage associatif gabonais, le réseau des organisations et des projets associatifs du Gabon (ROPAGA), a lancé vendredi 5 septembre, à l'Institut Français du Gabon (IFG), son site web, doté d'un annuaire national des associations. www.ropaga.ga.

Déjà 500 associations y sont répertoriées, bien que 17 seulement d’entre elles soient membres du réseau, mais il y a aussi 1900 autres qui sont en cours d'insertion. Un plus grand espace de vulgarisation est réservé à chacune d’entre elles sur la plate-forme virtuelle. L'honneur est revenu au président du ropaga, Guy-Christian Moussavou d'officialiser ce site web au cours d'une cérémonie riche en couleur.

Le ministère des Affaires Etrangères a, par la voix de son représentant, Eric Joël BEKALE ETOUGHET, félicité le ROPAGA "pour ces résultats fructueux". Non sans qualifier les associations et organisations non gouvernementales (ONG) de "partenaires privilégiés de nos relations extérieures dans les domaines de la coopération décentralisée", et leurs actions sur le terrain comme "importantes et, dans certains cas, vitales".

Cette initiative du ROPAGA intéresse à juste titre le REPONGAC qui a des difficultés dans la représentation en son sein des ONG Gabonaises dont le pays est la capitale de l’Afrique Centrale  car il abrite le siège de la CEEAC et le Président en exercice actuel n’est autre que Son Excellence ALI BONGO.