Actualités

French

Stigmatisation de l’absence des parlementaires à l’atelier national sur l’avenir de l’accord de Cotonou.

Le président du conseil d’administration du Réseau des plates-formes des  ONG de l’Afrique centrale (REPONGAC),  Dr Davy Irené Louvouezo, a regretté mercredi dans son mot de clôture, l’absence des parlementaires à l’atelier national organisé pendant deux jours à Kinshasa autour du thème «  le renforcement des capacités de réseaux des parlementaires et de la société civile sur les enjeux du commerce, des accords de partenariat économique et sur l’avenir de l’accord de Cotonou ».

Il a cependant indiqué que le document final sorti de cet atelier sera incessamment partagé avec les parlementaires qui vont aussi l’enrichir avec leur position sur les enjeux commerciaux des accords de partenariat et sur l’avenir de l’accord de Cotonou qui arrive à échéance en 2020.

Les enjeux du commerce, des accords de partenariat économique et de l’avenir de l’accord de Cotonou en Afrique Centrale étaient au centre d’un atelier organisé par le REPONGAC à Kinshasa

Le président du conseil d’administration du Réseau des plates-formes nationales des ONG de l’Afrique centrale (REPONGAC), Dr Davy Irené Louvouezo, a ouvert mardi à l’hôtel Venus, l’atelier national de deux jours sur «le renforcement des capacités de réseaux des parlementaires et de la société civile sur les enjeux du commerce, des accords de partenariat économique et sur l’avenir de l’accord de Cotonou».

M.Louvouezo a indiqué, dans son mot de circonstance, que cet atelier co-organisé par le REPONGAC et la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) constitue l’une des principales activités d’un projet du REPONGAC ayant pour objectif global «la mobilisation des acteurs de la société civile et les parlementaires des pays de l’Afrique centrale dans une dynamique de renforcement du contrôle démocratique des processus des accords UE-ACP et d’intégration régionale».

Alerte précoce et prévention des conflits : enjeux d’une coopération soutenue entre la CEEAC et la société civile

Le « renforcement de la coopération entre la Communauté économique des Etats d’Afrique centrale (CEEAC) et la société civile en matière d’alerte précoce et de prévention des conflits en Afrique centrale » est au centre d’un atelier sous-régional ouvert lundi 31 juillet 2017 à Libreville, la capitale du Gabon.  Conjointement organisé par la CEEAC et le Bureau régional des Nations Unies pour l’Afrique centrale (UNOCA), il regroupe une cinquantaine de participants venus de tous les pays de la sous-région. Objectif général : engager des discussions fécondes sur « les voies et moyens de créer un partenariat crédible et durable en matière d’alerte rapide et de prévention des conflits, dans le cadre du Mécanisme d’alerte rapide de l’Afrique centrale (MARAC) de la CEEAC ».

FIP milite pour le soutien de la société civile dans l’implémentation de l’ambitieux agenda global pour le développement durable.

Les États membres des Nations Unies doivent soutenir la société civile dans l’implémentation de l’ambitieux agenda global pour le développement durable, affirme un important réseau de la société civile.

Le pouvoir de peuples est attaqué : seulement trois pour cent des personnes vivent dans des pays où l'espace civique est pleinement respecté

4 avril 2017 - Juste trois pour cent des personnes vivent dans des pays où le droit de protester, d'organiser et de parler est respecté, protégé et rempli selon le CIVICUS Monitor, qui lance aujourd'hui la première fois les données mondiales sur l'espace civique. CIVICUS constate également que de graves violations de l'espace civil se déroulent dans 106 pays, soit plus de la moitié des États membres de l'ONU.

Le CIVICUS Monitor classe les pays en fonction de la façon dont ils respectent les trois libertés civiques fondamentales qui permettent aux gens d'agir collectivement et de changer: la liberté d'association, la liberté de réunion pacifique et la liberté d'expression.

Le Forum Politique pour le Développement 2017 a réunis l’Union Européenne et les Pays d’Afrique Caraïbes pacifiques.

cloture du forum politique pour le développément

Le Forum Politique pour le Développement (FPD) a eu lieu du 21 au 23 mars 2017 à Bruxelles. Il a regroupé près de 161 délégués des Organisations de la Société Civile (OSC), des Autorités Locales (AL), du secteur Privé et de la Commission Européenne. Les débats pour cette année ont tournés autour des thèmes ci-après:

  • Le consensus européen pour le développement : une réponse plus crédible et plus efficace à des défis plus complexes et étroitement liés ;
  • Le Futur partenariat entre l’union européenne et  les États d'Afrique, des Caraïbes et du Pacifique;
  • Les partenariats inclusifs et multipartites ;
  • Examen à mi-parcours des instruments de financement extérieur.

Rencontre entre l'équipe du CIONGCA et Le coordinateur Régional du REPONGAC

Le président du CIONGCA a présenté le Coordinateur Régional du REPONGAC qui est arrivé à Bangui depuis le samedi 18 Février 2017 pour rencontrer le Coordonnateur Régional de PACIE- Programme d’appui  au Commerce et à l’intégration Economique pour le 10ème FED du programme indicatif Régional d’Afrique Centrale. L’occasion faisant le larron, le Coordinateur a prévu  de rencontrer les membres du CIONGCA et d’échanger avec nous mais aussi de profiter de sa présence pour déposer une gerbe de fleur sur la tombe du feu Modeste Gonda, président du CIONGCA et du REPONGAC.

Le Forum International des Plateformes Nationales d’ONG (FIP) s’institutionnalise et s’installe à Paris

Paris – 24 février 2017 - Suite à la création de son entité juridiquement autonome, le Forum International des Plateformes Nationales d’ONG est officiellement installé à Paris depuis le 1er janvier 2017. Fondé en 2008, sa mission est de soutenir ses membres, plateformes nationales d’ONG et coalitions régionales, dans le but d’influencer les politiques gouvernementales locales et mondiales afin de promouvoir un monde plus juste et durable.

Moussa Faki Mahamat, nouveau président de la Commission de l’Union africaine !

Réunis dans la capitale éthiopienne depuis le week-end, les chefs d’Etat et de gouvernements africains cherchaient activement un successeur à la Sud-Africaine Nkosazana Dlamini-Zuma à la tête de la Commission de l’Union africaine (UA). C’est chose faite ce lundi après trois jours de vote puisque le Tchadien Moussa Faki Mahamat, vient d’être élu cet après-midi président de l’institution africaine.

RDC: un nouveau décret fixe de nouvelles règles de diffusion pour les médias étrangers

C'est l'un des derniers actes du gouvernement sortant en RDC. Alors que le signal de RFI a été coupé à Kinshasa, il y a dix jours, le ministre de la Communication Lambert Mende a signé ce décret en fin de semaine dernière. Un texte qui modifie les règles de diffusion des médias étrangers en RDC et qui donne un ultimatum jusqu'au 12 décembre à ces médias pour s'y conformer.

Pages

Subscribe to RSS - Actualités